Overblog
Edit post Follow this blog Administration + Create my blog

Conseiller métropolitain à Bordeaux Métropole - Maire Adjoint de Pessac

Benoit Rautureau

PESSAC : UNE DEMISSION QUI EN DIT LONG ...

« Monsieur le Maire, c’est précisément, les promesses non tenues de votre part qui me poussent aujourd’hui à démissionner. Je n’ai plus confiance en des innombrables réunions et des discussions stériles. Je ne veux plus cautionner une gestion municipale ou le pouvoir individuel prend le pas sur l’intérêt collectif. Si je suis le premier à exprimer publiquement un malaise, malheureusement je ne suis pas la seul à souffrir d’une gestion municipale en solo : pas de concertation, pas d’échanges, tout se fait selon les options du Maire, pas de discussions ni de prise en compte des opinions exprimées. ».

Ce constat n’est pas le mien ou celui d’un membre de l’opposition municipale. Il est celui d’un conseiller municipal pessacais de la majorité qui vient de démissionner avec fracas, il y a quelques jours.

Il relaye là, hélas, le sentiment partagé d’un nombre grandissant de nos concitoyens.

Quelle Pessacaise, quel pessacais n’a pas, ces dernières années, assisté à au moins une de ces fameuses réunions appelées pompeusement « Réunion de concertation » durant lesquelles, on fait mine de vous écouter pour mieux vous expliquer que vous avez tort ou que vous êtes totalement incompétent.

Quelle Pessacaise, quel pessacais n’a pas assisté à au moins une de ces réunions dites de concertation qui se terminent inévitablement par la présentation d’un projet en réalité déjà ficelé, vous laissant le sentiment d’avoir perdu votre temps et d’avoir été pris pour un imbécile.

Une gestion dispendieuse, une explosion des frais de fonctionnement et de la pression fiscale sur les classes moyennes, des investissements très discutables, des infrastructures sportives et associatives en triste état, une concertation et un dialogue au point mort, une majorité divisée entre les partisans d’un maire autocentré et les partisans d’un député cumulard jouant sur la fibre nostalgique de son premier mandat, voilà la réalité de Pessac Aujourd’hui.

Face à ce triste constat, la majorité agite des chiffons rouges.

Le chiffon rouge «de la droite et de Dalbos » tout d’abord. Jean-Claude Dalbos était maire de Pessac, il y a un quart de siècle ! J’avais 12 ans quand il a quitté la mairie de Pessac. Alors, je ne me sens en rien, l’héritier, le messager, ou le juge de quelqu’un que je n’ai jamais connu en tant que citoyen. Ceci est une preuve supplémentaire, s’il en était besoin que la majorité actuelle est accrochée au passé alors que Pessac a besoin de rentrer enfin dans le 21ème siècle avec une majorité dynamique, jeune, ambitieuse pour notre ville et ses habitants, d’une majorité tournée vers l’avenir, vers une meilleure de qualité de vie, et davantage de fraternité .

Le second chiffon rouge est celui «de Sarkozy » qu’ils brandissent comme s’il s’agissait d’un épouvantail sensé éloigné l’alternance. Et bien les Français ne sont pas dupes, et les pessacais non plus. Ils voient bien dans les faits, les promesses et la réalité de l’action de François Hollande, de Jean-Marc Ayrault et de son gouvernement, et tout particulièrement d’Arnaud Montebourg dont le Maire de Pessac était le seul soutien en Gironde lors des primaires socialistes. L’agitation et le manque de résultats seraient-ils les marqueurs communs du premier magistrat de la ville et du ministre du redressement improductif !?

Share this post
Repost0
To be informed of the latest articles, subscribe: