Overblog
Edit post Follow this blog Administration + Create my blog

Conseiller métropolitain à Bordeaux Métropole - Maire Adjoint de Pessac

Benoit Rautureau

Intervention de Patrick Bobet, Conseil de Bordeaux Métropole, Vendredi 17 Juillet 2020

Mesdames, Messieurs, chers Collègues,

J’ai toujours pensé qu’il valait mieux partir avec élégance que d’être congédié avec arrogance. Je crains à cet instant de devoir assumer la seconde partie de cette phrase avant d’assurer la première.
Nous sommes en effet congédiés, brutalement, après 50 ans de cogestion et de partage de la gouvernance, deux éléments fidèles à l’esprit même de la loi qui a institué les EPCI, comme étant » des établissements publics de coopération intercommunale regroupant plusieurs communes qui s’associent au sein d’un espace de solidarité, pour élaborer et conduire ensemble un projet commun de développement urbain et d’aménagement de leur territoire ». C’est bien cette définition qui a été portée et défendue par mes 5 prédécesseurs auxquels je rends hommage. J’ai encore en tête les paroles de Michel SAINTE-MARIE, lors de son dernier conseil le 14 février 2014 : « je ne vais pas prédire en quoi que ce soit l’avenir, mais ce que je pense en tout cas c’est que la cogestion est consubstantielle de l’existence de la Communauté Urbaine »

Monsieur ANZIANI, Michel SAINTE-MARIE était votre prédécesseur à la mairie de Mérignac et vous allez aussi lui succéder, d’une manière décalée, à la présidence de la Métropole. Vous pensiez exactement comme lui il y a, allez disons, trois semaines. Mais brusquement tout a changé, et vous tournez le dos à l’élégance qui vous a été faite il y a 6 ans, de rester nombreux autour de la table exécutive lorsque vous étiez minoritaires.

Au-delà de cette très mauvaise manière à notre égard, je suis convaincu que c’est une erreur, une triple erreur :
- politique, du fait de ce déni démocratique, qui exclue purement et simplement 11 maires alors qu’il ne vous a pas échappé à quel point les maires ont été au rendez-vous des attentes de nos concitoyens durant cette grave crise sanitaire, qui n’est certainement pas terminée. Oui mes chers collègues, les maires comptent.
- humaine, car c’est bafouer le vote des habitants de ces 11 communes, 250 000 habitants, soit le tiers de la Métropole, qui pensaient envoyer des élus siéger pour les représenter et les défendre alors que ceux-ci n’auront de fait aucun pouvoir.
- stratégique, car faute d’être associés aux projets et aux décisions prises, tous ces élus ne porteront pas de la même manière ces projets et ces décisions dont ils auront été écartés, alors qu’ils ont parfois besoin d’un portage politique fort pour se réaliser.

La cogestion a permis de grandes choses, en termes d’attractivité, d’urbanisme, de transports et de déplacements. Qui peut le nier ?

Je passe très vite sur la légende, que vous avez quand même réussi à vendre aux médias, selon laquelle nous aurions refusé des postes de Vice-président alors que mon seul interlocuteur était Monsieur ANZIANI qui, je l’ai bien compris mercredi, n’avait aucun mandat réel, et que, dès le départ, la volonté du maire de Bordeaux, Monsieur HURMIC et de ses collègues Verts était d’exclure sèchement les élus de notre groupe, pourtant le plus important numériquement.

J’en termine maintenant en revenant à mon début d’intervention :
Puisque cette séance est entièrement consacrée aux différents votes d’élections des Vice-présidents et Président, synthèse pure et limpide de la gouvernance dont vous nous avez exclus sans hésiter un seul instant, nous allons donc vous laisser entre vous et partir avec l’élégance que notre belle métropole mérite. Merci pour votre écoute.

Patrick BOBET

Share this post
Repost0
To be informed of the latest articles, subscribe: