Overblog
Edit post Follow this blog Administration + Create my blog

Conseiller métropolitain à Bordeaux Métropole - Maire Adjoint de Pessac

Benoit Rautureau

DESENGAGEMENT DU PROJET SAVE

Benoît RAUTUREAU et Franck RAYNAL

Benoît RAUTUREAU et Franck RAYNAL

Monsieur le Maire, mes chers collègues


Le projet d’un parc à thème sur le site du Bourgailh ne nous rajeunit pas. Il date en fait du siècle dernier, du temps de Jean-Claude Dalbos et d'Alain Rousset. Ce projet figurait déjà en 1989 dans le programme de ce dernier.


Nous sommes aujourd’hui le 10 juillet 2014, un quart de siècle plus tard, sur le point de valider le désengagement de la ville de Pessac. Et, les faits sont têtus ! La majorité précédente, qui n’a pas de mots assez dur pour regretter ce retrait, n’a pas été capable en 25 ans de pouvoir, de faire sortir de terre ce projet majeur à ses yeux. Je laisserai à chacun la liberté d’apprécier ces faits et d’en tirer ses propres convictions sur le sujet.


Pour notre part, et comme nous l’avions annoncé durant la campagne électorale, nous sommes depuis longtemps persuadés que ce projet est plus lié à des questions d’égo qu’à l’intérêt supérieur des contribuables pessacais. Nous nous sommes forgés au fil du temps la conviction que ce projet était économiquement incertain dans un contexte ou les finances des collectivités locales le sont tout autant, compte tenue des économies qu’elles doivent réaliser et des baisses des dotations de l’état.


Pour mémoire, quelques chiffres : l’enveloppe globale d’investissements prévus sur la durée du contrat de DSP était de 40, 6 millions d’€, dont plus de 22 millions d’€ de financement publics directs et 13 millions d’€ de financements publics "déguisés" sans compter les coûts indirects liés entre autre au déplacement du centre de tri qui n’était pas utile compte tenu de l’emprise du projet SAVE. En plus de cela, le nouveau centre de tri ne satisfait aujourd’hui que peu d’usagers, eu égard son emplacement et à la façon dont il a été conçu. J’aurais envie de dire : "Tout ça pour ça !" Donc, 7 millions du conseil régional, 7 millions de la ville de Pessac, 8 millions de la CUB soit 22 millions, c’était déjà un montant énorme. Mais, il ne faut pas oublier de rajouter un élément important souvent sciemment oublié : c’est le syndicat mixte du pôle touristique de Bourgailh que j’ai l’honneur et le plaisir de présider désormais qui détient près de 71% de la SEML Zoo de Bordeaux-Pessac. Ce qui veut dire que 71% de ce qui nous a été longtemps présenté comme un partenaire privé, était en fait un partenaire public ! Dans le montage financier, la SEML apportait sur fonds propres et emprunts, en plus des 22 millions précités, les 18,6 millions restants pour atteindre l’enveloppe globale de 40,6 M€. Les 71% de cette somme, soit plus de 13 millions d’€ était donc encore de l’argent public. En résumé 22+13 : c’est 35 millions que les collectivités s’apprêtaient à financer. Ce niveau de financement public est une preuve de plus que le projet n’a jamais intéressé réellement d’investisseurs privés. C’est absolument inconcevable d’impliquer les collectivités locales à cette hauteur dans un tel projet. Nous connaissons tous, les contraintes financières qui pèsent sur elles et qui pèseront demain sur elles, encore plus qu’aujourd’hui. Nous pensons que cet argent aura une utilité plus grande ailleurs ! C'est le sens premier de notre volonté de sortie du projet SAVE.


Au delà de ça, je rappellerai que les chiffres les plus fluctuants ont été mis en avant en termes de fréquentation. Le conseil municipal d’octobre 2008 nous parlait de 200 000 visiteurs par an prévus, celui d’octobre 2013 de 300 000, quant à la délibération de la CUB du 28 novembre 2008, elle nous parlait « d’un équilibre financier du projet, situé autour de 250 000 visiteurs par an ». Je ne reviendrais pas sur les prix des entrées à près de 20 € par personne, soit 33% de plus qu’au zoo de la Palmyre,


Concernant le zoo, je vous rappellerai enfin que vous avez payé le zoo actuel sans le foncier 2,6 millions en 2009 soit 52 fois le prix payé par M. Da Cunha cinq ans avant. Un prix exorbitant compte tenue du résultat que réalise le zoo. Par ailleurs, en 2010, le premier appel d'offres pour la délégation de service public, s’était avéré infructueux. Le seul candidat, à savoir la société ARSTEOL dont l’un des trois associés n’était autre que M. Da Cunha s’était désisté au motif que : « le modèle économique présenté n'était pas viable. »


En 2010, Patrick Guillemoteau, alors président du syndicat mixte, voyait dans ce raté, une « péripétie » et se disait « ne pas être surpris » : « Il y a eu quelques signes et on n'a pas attendu pour envisager des solutions de rechange. Paradoxalement, notre projet était peut-être sous-dimensionné pour attirer de gros investisseurs. On présentera quelque chose dans deux mois. » Trois ans plus tard, à l’été 2013, on se souvient de la signature médiatisé de la DSP entre M. Guillemoteau, Président du SMPTB et Mme Dumont, Présidente de la SEML Zoo de Bordeaux Pessac, dont on aimerait encore aujourd’hui savoir lequel des deux jouait le rôle du partenaire privé ou du gros investisseur depuis si longtemps annoncé.
Vous le voyez au-delà du fait que ce projet n’est pas une priorité pour la nouvelle majorité dans cette période de crise économique et de contraintes budgétaires fortes, il était mal conçu et mal calibré. Il faisait peser des risques forts sur les finances publiques locales. Nous préférons prioriser le développement économique et l’emploi pérenne.
Alors, depuis quelques jours j’entends et je lis tous les chiffres les plus farfelus concernant la sortie du projet.


Pour information je rappelle que le SMPTB détient un peu moins de 71% , les autres actionnaires de la SEML sont la SAUR avec un peu moins de 15%, la caisse des dépôts et consignations avec 8,8%, et la caisse d’Epargne Aquitaine Poitou Charente avec 5,5%.
Si la ville et de facto la CUB décident de se retirer, ce qui est l’objet de la présente délibération, le délégant (SMPTB) devra mettre un terme anticipé à la DSP. Cela entraînera alors :


- le retrait de la SEML des quelques partenaires privés
- le remboursement de leurs parts sociales au sein de la SEML, ce qui représente un montant actualisé de 830 à 850 K€
- le remboursement du compte courant d’actionnaire de la SAUR soit 129 K€
- le remboursement des prestataires engagés par le délégataire : des marchés ont été engagés pour 2,34 M€ HT, dont 1,23 M€ ont déjà été payés. Si on applique les dispositions prévues dans le pacte d’actionnaires, une indemnisation de 162 K€, devrait leur être accordée par le SMPTB.
- le paiement des prestations et travaux effectués, facturés et non encore réglés, soit 148 K€
Le coût total de rupture de la DSP sera donc d'environ 1,3 M€, ce qui n’a rien à voir avec les chiffre fantaisistes que j’ai pu lire ici ou là allant parfois jusqu’à 8 M€


En partant du coût estimé de fin de la DSP de 1,3 M€, et en appliquant la répartition en vigueur des charges du SMPTB, la Cub participant à 66 % du financement serait impactée à hauteur de 858 K€ ; Pessac à hauteur de 310 K€, et Mérignac environ 132K€.


Pour terminer je veux dire que nous n'avons jamais rien caché de nos objectifs quant au devenir du projet SAVE. Les pessacaises et les pessacais en votant pour notre liste, on fait un choix clair et sans équivoque, le 30 mars dernier.
je veux dire enfin que le balle n'est pas dans d’autres camps comme j'ai pu le lire ici ou là. La balle, elle est ici, ce soir dans notre camp. Je n'imagine pas un instant la CUB financer un projet sur une commune contre sa volonté, surtout avec des financements fléchés dans le cadre du contrat de codéveloppement. Vous le savez bien mes chers collègues ! Toute autre posture s'apparente à de l’autosuggestion ou de la méthode Coué pour essayer de se convaincre qu'une autre alternative est encore possible. C’est donc bien ce soir à nous, que revient cette double décision : le désengagement de la ville mais également de facto celui de la CUB.
Pour cela vous pouvez compter monsieur le Maire, sur le soutien plein et entier de votre majorité.


Benoit RAUTUREAU
Conseil municipal du 10 juillet 2014

Share this post
Repost0
To be informed of the latest articles, subscribe: